Julie Bayer

Julie Bayer est née et a grandi à Paris. Dès son plus jeune âge elle plonge dans la photographie grâce à son père et explore ce medium en utilisant ses appareils photo. C’est en entrant au lycée qu’elle commence à faire des photographies en argentique.

Lors de sa première année de formation au BTS Auguste Renoir à Paris, elle a un véritable déclic sur sa pratique artistique, en partant seule pour un stage en photographie d’architecture en Corée du Sud. « J’avais 19 ans et l’isolement au bout du monde a vraiment façonné ma manière d’appréhender la photographie et mes inspirations. »

On distingue dans son travail deux grands axes : le lieu et le temps. « Je suis passionnée d’architecture, la moitié de mon travail est dédiée aux lieux et aux recherches qui y sont liées. L’autre moitié est occupée par des recherches autour de l’autoportrait, des autoportraits très subjectifs. »

Lieu et temps sont des sujets personnels et intimistes qui s’entremêlent. Pour Julie, la photographie d’architecture nécessite de s’approprier un lieu, de le réinterpréter. L’artiste aime ainsi jouer avec l’ambiguïté et la dualité de ces photographies pour permettre des interprétations variées et personnelles à chacun.

Du point de vue technique, une grande partie de sa pratique se trouve dans la retouche. En effet, elle se sert de l’hybridation entre numérique et argentique qui offre des textures et un mystère enrichissant ses thématiques.

« Je travaille très souvent en utilisant le noir et blanc pour me focaliser sur les lumières et les formes. La couleur n’est pas du tout au centre de mes recherches. »

A l’instar des artistes qui l’inspirent comme notamment l’écrivain Paul Auster, vivre à travers une fiction photographique, arriver à transmettre un message sans pour autant se livrer est quelque chose  auquel aspire Julie dans son œuvre.

Oeuvres

Séries

Expositions