Résurgences 6

110,00 

Kankou Sambakessi

2022

Photographie argentique

Tirage jet d’encre sur papier Canson Aquarelle 310g

15 x 20 cm

5 in stock

« Ma mère, mon frère, mon grand-père et moi nous tenons les mains. Mon grand-père faisait une prière. C’était au Mali quand j’avais deux ans. Je n’ai plus de souvenirs de lui… »

Cette œuvre est tirée et numérotée à cinq exemplaires et accompagnée de son certificat d’authenticité.

Le tirage sera réalisé sur du papier « Canson Aquarelle Arches 310g ». Ce papier aquarelle 100% coton très texturé présente un grain naturel et harmonieux avec des tonalités chaudes.

L’œuvre est vendu sans encadrement.

Les délais de livraison peuvent varier en fonction des œuvres, généralement entre 1 et 4 semaines.

Kankou Sambakessi est née en 1998 et a grandi à Paris.

Après un BAC L, elle est admise en classe préparatoire littéraire puis intègre un cursus à la Sorbonne et y obtient sa licence. Parallèlement à son année de prépa, Kankou commence à explorer la photographie argentique, tout d’abord comme un passe-temps et très vite la photographie devient un moyen pour elle de s’évader face au rythme étouffant de la prépa. C’est ainsi qu’elle décide d’intégrer une formation en photographie à l’ENS Louis Lumière et en sort diplômée en 2022.

Son sujet de prédilection, est le portrait, toujours en argentique.  Elle aime travailler sur le moment d’inconfort que peut procurer une photo prise à la volée. « Je ne sais pas pourquoi j’aime faire des portraits, car je suis timide de nature et j’ai du mal à aller vers les gens ». Kankou se sert de cette fragilité comme d’une force pour « que l’on soit tous sur un même pied d’égalité dans l’inconfort que l’on ressent face à l’autre ; c’est là qu’il se passe quelque chose pour moi ».

Dans sa pratique, l’artiste a besoin de temps, voir, observer, ressentir, prendre en photo, laisser le temps emporter ses images pour les redécouvrir quelques semaines ou mois plus tard. A cela s’ajoute parfois des mots posés sur les photos, ils lui viennent instinctivement comme des indices dissimulés, donnant au spectateur une orientation et non une direction à prendre. Pour l’artiste c’est « une autre façon de jouer sur l’abstraction ».

Son approche de la photographie se métamorphose au grès de son parcours personnel. Inspirée par de grands portraitistes comme Francis Bacon, Kankou souhaite aborder à travers ses portraits des sujets différents comme le thème de l’identité et de la santé mentale. De ce fait, elle explore aujourd’hui le flou et le sens qu’il véhicule. « Je trouve le flou intéressant ; finalement, quand le visage se perd, on peut y voir ce que l’on veut et, mieux encore, qui on veut, y compris soi-même ».